Accéder au contenu principal

Burn-out, bore-out et brown-out : 3 signes de mal être au travail !

Surmenage, ennui ou perte de sens au travail : autant de pathologies repérées dans le monde du travail et liées à un mal être sur son poste. Zoom sur ces 3 pathologies : le burn-out, le bore-out et le brown-out, et leurs remèdes.



Le burn-out

Il s'agit du "syndrome d'épuisement professionnel" et se caractérise par la surcharge de travail.
Il se manifeste par un épuisement général, des troubles physiques tels que maux de dos, insomnies, anxiété, perte de mémoire...
Vos batteries sont à plat et vous ne parvenez pas à décrocher de votre travail et le soir et le week-end.
Avouer un burn-out est encore aujourd'hui, un signe d'échec personnel.

Le bore-out

Il s'agit là de l'opposé du burn-out. Il se caractérise par une sous-charge de travail qui conduit lui aussi à un épuisement général et la dépression.
Les symptômes physiques peuvent être identiques au burn-out.
Le salarié estime qu'il n'est employé à "sa juste valeur" en lui confiant des tâches qui ne sont pas à la hauteur de ses compétences.

Le brown-out

Dernier né du mal être au travail, le brown-out met en avant une perte de sens et d'utilité pour son métier.
Il s'agit d'une baisse de régime liée à l'absurdité de certaines tâches quotidiennes, dénuées de sens et qui ne sont pas en adéquation avec les compétences du salarié.

Quels remèdes ?

Aujourd'hui, seul le burn-out est reconnu par la  loi, néanmoins, le code du travail permet de trouver des échappatoires :
- le burn-out : le droit à la déconnexion entré en vigueur le 1er janvier 2017,
- le bore-out : exit la placardisation ! la  loi oblige l'employeur à respecter les tâches et compétences du salarié mentionnées dans le contrat de travail,
- le brown-out : face à une perte de sens et de repères, pensez au droit à la formation.

Commentaires